Innovation sociale : définition et critères

|

    Une définition

    L’innovation sociale offre des réponses nouvelles et créatives à des besoins sociaux mal satisfaits ou non satisfaits jusque-là dans l’entreprise. Elle met en œuvre des pratiques différentes et innovantes de management, d’organisation, de gestion des ressources humaines et de rapport à l’environnement. Ces pratiques contribuent aux objectifs de l’entreprise tout en apportant un progrès social. Celles-ci supposent l’implication des acteurs.

    6 critères

    1. Réponse à un besoin social mal rempli

    Que le projet ait une vocation sociale ou économique, il a une dimension sociale identifiée (faire monter en compétences les salariés, dans le cadre d’un rapprochement entre entreprises, par exemple). Il n’existe, par ailleurs, pas de solutions déjà développées par les acteurs (l’entreprise concernée, la branche, le territoire..) pour répondre au besoin social exprimé – ou en tout cas, les solutions développées jusqu’alors n’ont pas apporté les résultats attendus.

    La dimension novatrice du projet apparaît soit dans la dimension sociale (une nouvelle question sociale), soit dans la manière de le conduire  (nouvelles manières de faire : démarche associant les salariés et les usagers…).

    2. Progrès social

    Le projet doit produire un progrès social pour les acteurs concernés (acteurs de l’entreprise et/ou partenaires) : une meilleure association des salariés aux choix d’organisation du travail, un projet de ré-organisation de la production qui permet de mieux articuler la vie au travail/hors travail, la mise en place de parcours de professionnalisation ou de mobilités sécurisés au niveau d’un territoire…

    3. Modification durable

    Le projets doit avoir un impact identifié en termes de management, d’organisation du travail, de qualité de vie au travail, de pratiques de GRH et/ou de dialogue social. Cet impact a vocation à s’ancrer dans le fonctionnement quotidien de l’entreprise.

    4. Implication des acteurs concernés

    Le projet s’appuie sur les acteurs concernés dans l’entreprise et/ou du territoire (direction, encadrement, IRP ou équivalent, salariés, acteurs locaux, riverains, usagers, etc.). Il s’appuie sur des conduites de changement participatives nouvelles pour l’entreprise et qui implique une évolution/renforcement des pratiques de management. Le projet a une forte dimension dialogue social/dialogue territorial.

    5. Expérimentation et prise de risque

    Le projet se développe sur un mode expérimental : il comporte des risques et des incertitudes en termes de résultats, de méthode/conduite du changement. Ce facteur risque justifie une gestion particulière de projet (phase test) et le soutien d’appui-conseil.

    6. Production d’autres effets positifs

    Le projet s’inscrit dans la durée : il tend à développer d’autres innovations que celles du projet (elles peuvent être identifiées ou repérées au cours du projet).  Le projet développe une culture d’innovation, il favorise la transversalité (entre fonctions, entre services, entre entreprises, entre entreprises et territoire, etc.).

    Si vos projets répondent à ces différents critères, et que vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement pour mieux les définir ou les mettre en oeuvre, n’hésitez pas à présenter un dossier de candidature pour le dispositif appui-conseil à l’innovation sociale.