L’innovation sociale : ils en font…

|

    Des projets innovants d’aménagement des horaires de travail, de mutualisation des RH, des nouvelles modalités de dialogue social, de coopération…  L’innovation sociale en entreprise peut prendre différentes formes. Exemples.

    S’appuyer sur les séniors pour assurer la production

    Pour assurer ses marchés à forte variation ce centre d’appels embauche des seniors. Il adapte son organisation, renforce sa politique de formation et amplifie les pratiques de partage d’expériences et de savoir-faire entre salariés de tous âges.

    Inventer un nouveau projet d’entreprise partagé pour éviter la fermeture

    Pour empêcher un plan social, cette PME établit un diagnostic des compétences individuelles et collectives. Sur cette base, elle décide de vendre sa capacité de réactivité et d’adaptation (fabrication de petites séries) sur tout type de produit. Un plan de formation est conçu, mêlant formation professionnelle et formation personnelle pour motiver ses salariés.

    Travailler avec les acteurs du territoire pour mieux recruter

    Pour lutter contre les difficultés de recrutement, cette entreprise décide d’embaucher des personnes éloignées de l’emploi (chômeurs longue durée, handicapés, personnes en exclusion, etc.). Afin de faciliter leur intégration, elle développe des pratiques de tutorat avec ses équipes et créé des partenariat avec les acteurs du territoire (Commune, Pôle Emploi, etc.).

    Développer la performance organisationnelle tout en améliorant les conditions de travail

    Pour améliorer sa productivité, cette PME implante un ERP (progiciel de gestion intégré). C’est l’occasion d’adapter son organisation en mobilisant l’ensemble des équipes. Les managers sont formés à l’analyse du travail pour repérer les bonnes pratiques de création de valeur et repérer les processus de travail risquant de dégrader les conditions de travail.

    S’allier entre sous-traitants pour responsabiliser les pratiques d’achat d’un donneur d’ordre

    A l’occasion du projet RSE de leur donneur d’ordres, ces sous-traitants lui proposent de formaliser ensemble des pratiques d’achats plus respectueuses de leurs contraintes. Le travail commun sur les coûts, la qualité et les délais améliorent les conditions de travail des salariés.

    Articuler les temps pour fidéliser son personnel

    Pour fidéliser ses salariés et faire face à d’importantes variations d’activité, cette entreprise décide de repenser l’organisation de son temps de travail. La démarche qui associe l’ensemble du personnel permet aux équipes de mieux articuler vie au travail et vie hors travail. En association avec la commune de son territoire, elle créé une crèche et finalise ainsi sa politique RSE.

    Mutualiser les RH pour développer les marchés

    Afin d’assurer des réponses globales à des appels d’offres, ces TPE aux activités complémentaires décident de créer un consortium . Ensemble, elles mettent à plat leur politique de qualité, mutualisent des moyens de formation pour leurs salariés et s’appuient sur un Groupement d’Employeurs pour trouver des compétences complémentaires et gérer les variations d’activité.

    Développer le dialogue social pour renforcer la cohésion d’entreprise

    Ce dirigeant constate un manque de lien entre son équipe d’installateurs et les salariés chargés de la production. Il propose aux représentants du personnel de se former au recueil des besoins des personnes et à la négociation. Un projet pilote est mis en œuvre autour de l’actualisation du règlement d’entreprise.

    Articuler l’action des syndicats pour mieux défendre l’emploi dans les territoires

    Pour mieux participer à la gestion des problèmes d’emploi et de conditions de travail dans les PME, ces responsables syndicaux décident de professionnaliser leurs  représentants à l’approche territoriale des besoins d’entreprises.