La santé au travail des femmes relève d’un enjeu majeur de santé au travail. La plus grande difficulté à concilier vie professionnelle et vie personnelle, le recours parfois contraint au temps partiel, les horaires décalés qui pèsent tout autant désormais sur les femmes que sur les hommes, le manque de visibilité de certaines expositions des femmes aux risques professionnels et l’exigence de certains métiers à dominante féminine, renforcent la nécessité d’une prise en compte différenciée selon le sexe des risques professionnels.

La loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes a modifié l’article L. 4121-3 du Code du travail et pose le principe de l’obligation d’intégrer « l’impact différencié de l’exposition au risque en fonction du sexe » dans le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP). Pour autant, sa mise en oeuvre dans les entreprises fait souvent défaut et rencontre de réelles difficultés. (...)

Retrouvez la déclaration sur le site du Ministère du Travail