Depuis plusieurs années l’actualité nous montre que ce sujet (et les actions correctives ou préventives), resté longtemps tabou ou masqué, s’invite dans nos sociétés (sphères privées, professionnelles, publiques) et demande à être discuté, concerté et encadré.

Selon une étude de l’IFOP de 2018, sur le harcèlement sexuel au travail, une femme sur trois a déjà subi des faits de harcèlement sexuel ou d’agression sexuelle sur son lieu de travail.

Un risque professionnel bien réel

En raison de leurs rôles sociaux et sociétaux, les milieux professionnels cherchent à s’emparer de ce risque professionnel, notamment en matière d’appréhension / compréhension des enjeux qu’il recouvre pour les salarié.e.s et les collectifs de travail.

La mise en place de mesures de prévention et d’accompagnement spécifiques, mais intégrées au système plus large de prévention des risques professionnels dans les entreprises et administrations, est un véritable défi à relever.

Les évolutions réglementaires récentes confirment cet enjeu sociétal et amènent une certaine clarification.
Les acteurs de l’entreprise ont un rôle à jouer pour lutter contre les agissements sexistes, le harcèlement sexuel et les agressions sexuelles. 
Le sexisme et les violences deviennent alors un objet de dialogue social impliquant toutes les composantes de l’entreprise (IRP, référent.e.s CSE, responsable RH, manageur.e.s, dirigeant.e.s, salarié.e.s etc...).

Toutes et tous concerné.e.s

Si nous pouvons toutes et tous être concerné.e.s par les violences sexistes et sexuelles au travail - femmes et hommes peuvent être tour à tour cible ou victime - auteur.trice ou témoin, les études montrent cependant une sur exposition des femmes à ce risque. Et quel que soit le degré de gravité des faits (avérés ou non), les situations de violences sexistes et sexuelles ont toujours des effets délétères sur la santé des victimes, sur les collectifs et les relations de travail, sur le fonctionnement et les performances de l’entreprise.

Le positionnement du réseau Anact-Aract développe une approche singulière et innovante permettant de faire de la lutte contre les agissements sexistes et les violences sexuelles un levier fort d’amélioration des conditions de travail, du dialogue social et professionnel, et de performance.

Deux idées reçues sont désormais à déconstruire

noun_maybe_77502ok_1_0_0.png Jusqu’ici l'on considérait le sexisme et les VST comme une question de comportement uniquement.

noun_maybe_77502ok_1_0_0.png Jusqu’ici ce sujet était considéré comme concernant les relations interpersonnelles et comme se traitant entre 2 individus et sur un plan juridique.

 

noun_yes_77495ok_0.pngCertains environnements voire organisations de travail exposent au sexisme : les milieux de travail peu mixtes, les conditions d’emploi précaires, certaines conditions de travail également (travail de nuit, isolé, sous pression, fortement dépendant, en relation avec du public…).

noun_yes_77495ok_0.pngAujourd’hui, de par l’obligation de prévention et d’action qui incombe à l’entreprise en matière de lutte contre l’agissement sexiste et le harcèlement sexuel, le sujet est devenu un enjeu collectif d’entreprise qui embarque les IRP avec les référent.e.s CSE et RH, les managers…

Offre de services sur ce thème
Appui aux entreprises

Nous vous accompagnons en nous adaptant à votre demande.
Il peut s'agir d'actions de sensibilation, d'information, de formation, d'appui aux entreprises (actions collectives).

Ressources sur ce thème